Actualites

Un label pêche responsable pour la pêche côtière

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a adopté une délibération qui homologue le référentiel « pêche responsable côtière ». Un plus pour la filière et pour les consommateurs calédoniens. C’est la Confédération des pêcheurs professionnels de Nouvelle-Calédonie (CPPNC) qui a en charge la gestion et la défense de ce signe. 

En Nouvelle-Calédonie, on recense environ 500 patrons-pêcheurs dont une grande partie sont affiliés, par province, à des fédérations professionnelles. Il y a 10 ans, ces dernières ont créé la Confédération des pêcheurs professionnels de Nouvelle-Calédonie, une association loi 1901. « Le but de cette confédération, explique Chloé Fillinger la coordinatrice, est de représenter les professionnels dans différentes instances, de faire des propositions sur les problématiques liées à la filière à l’échelle du pays et d’être l’interlocuteur privilégié des institutions. Sans être organisme de tutelle, la Confédération est aussi un lieu d’échanges entre les trois fédérations, puisque les questions liées à la pêche côtière sont réparties entre le gouvernement et les provinces selon leurs compétences. » À l’échelle pays, la CPPNC a pour objectif majeur d’améliorer et de structurer la filière pêche ; il y a eu des avancées ces dix dernières années, mais tout cela prend beaucoup de temps et il y a tant de dossiers à promouvoir.

« Structurer et améliorer la filière, explique Chloé, cela passe par la création d’un statut du pêcheur, statut dont la profession manque cruellement, et par la création d’un comité des pêches qui permettrait aux pêcheurs hauturiers ou côtiers d’être reconnus, ce qui n’est toujours pas le cas actuellement. » Il demeure encore difficile d’avoir de la visibilité sur les circuits de distribution et de vente de la pêche côtière. Dans ce cadre, la structuration de la filière à laquelle travaille la Confédération passe par une meilleure coordination. « Le comité des pêches que nous appelons de nos vœux permettrait de centraliser les données à l’échelle du pays », précise Chloé Fillinger.

L’aboutissement de trois ans de travail

C’est aussi pour améliorer les choses que la Confédération a travaillé avec les professionnels à la mise en œuvre d’un label pêche responsable. Le signe officiel « pêche responsable » existe déjà pour les pêcheurs hauturiers, il est donc désormais étendu à la pêche côtière. Le travail pour étendre ce label a été mené à partir de 2015 à l’initiative des professionnels intéressés par la démarche. L’année suivante, un groupe de travail a été constitué et le dossier d’homologation et la demande de reconnaissance d’organisme de défense et de gestion de la Confédération ont été déposés fin 2018. C’est donc l’aboutissement de trois années de travail et de réflexion. « Dans un premier temps, souligne la coordinatrice de la Confédération, nous avons mené une phase pilote à laquelle ont pris part une dizaine de pêcheurs, et afin de coller le plus possible aux attentes des Calédoniens, une étude consommateurs a été menée par l’ERPA. » Le cahier des charges du label repose sur une vingtaine de critères et quatre axes majeurs : gestion durable de la ressource, préservation de l’environnement, hygiène, qualité et traçabilité des produits, santé et sécurité au travail. Comme pour tous les autres labels calédoniens, c’est l’AFNOR-Pacifique qui réalisera les audits et rendra un avis au comité de certification. On en est donc au début d’un nouveau processus.

« Nous sommes chargés d’accompagner les pêcheurs vers la certification. Nous sommes dans une phase de rencontre avec les professionnels, explique Chloé Fillinger, afin de leur présenter et de porter la démarche. Le but est qu’en 2020 nous menions une première phase de certification, ce qui nous permettra d’adapter notre méthodologie. » Quant à la commercialisation future des produits labélisés, « nous partons sur l’idée d’un étiquetage individuel des produits, à valider au cours de la phase pilote traçabilité début 2020, précise-t-elle, ainsi, les consommateurs retrouveront sur les étals des produits avec l’étiquette “pêche responsable”. Ils auront ainsi la certitude qu’il s’agit bien d’un produit calédonien pêché dans les règles. »

Afficher la suite
Close
Close