Actualites

Une aide fiscale au développement de la filière pêche

Depuis une vingtaine d’années, la filière pêche s’est structurée et professionnalisée. C’est aujourd’hui un secteur économique important qui a permis l’émergence d’une vraie filière. Cette filière est destinée à croître encore, d’où la décision du gouvernement d’accorder la défiscalisation locale à la société Armement du Nord.

Le développement de la filière pêche hauturière a connu des hauts et des bas, nombre de projets notamment aux îles n’ont pas vu le jour. Depuis quelques années cependant, la filière est en voie de stabilisation, c’est la raison pour laquelle le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, à l’initiative de Nicolas Metzdorf en charge du secteur, a pris des mesures en faveur de la reconnaissance du statut de pêcheur et pour favoriser l’exportation de la production locale.

Objectif : augmenter l’activité en recherchant de nouveaux marchés

Aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie, on recense six armements qui déploient en mer une flotte totale de seize palangriers. Si l’essentiel se trouve en province Sud, deux armements travaillent dans le Nord et les Îles. La production locale, composée à 80 % de thons, est de 2 800 tonnes par an. Elle est destinée au marché local pour une grande partie, mais alimente également les marchés japonais, européens et les conserveries samoanes.

La société Navimon détient la moitié du marché, Pescana en assure 20 %, les quatre autres armements se répartissent les 30 % restants. L’objectif recherché par le gouvernement, et bâti en collaboration avec les sociétés de pêche, est d’accroître la part exportée. C’est dans ce cadre que les armateurs ont créé une marque, « Cap Lapérouse », qui doit offrir une meilleure visibilité à la production locale.

Défiscalisation bienvenue de trois palangriers dans le Nord

La société Armement du Nord est basée à Koumac et Nouméa, l’aide fiscale à l’investissement qu’elle vient d’obtenir va lui permettre d’acquérir trois palangriers modernes de vingt-deux mètres et créer 18 emplois. Cet investissement va voir la société augmenter sa part dans l’approvisionnement de l’atelier de transformation de la SAS Pescana, rajeunir sa flotte et améliorer les conditions de vie et de travail à bord de ses équipages, améliorer sa compétitivité par la réduction des coûts de production et enfin, grâce à des bateaux modernes et moins polluants, s’inscrire dans une démarche respectueuse de l’environnement.

À terme, Armement du Nord entend pouvoir exporter vers l’Europe et l’Asie 25 % de sa production. Cette défiscalisation locale en faveur d’investissements dans la filière pêche est la seconde du genre en six mois : en octobre 2018, Navimon avait pu investir de la même manière dans l’achat de deux palangriers ; le renouvellement de toute la flotte de la société est programmé sur trois ans.

Tags
Afficher la suite
Close
Close