Actualites

L’Ocean Wanderer posé sur le récif

Le palangrier emblématique de l’armement Pescana s’est échoué jeudi au large de Ouano. Les six marins ont été sauvés. Aucune pollution n’est détectée. En attendant de connaître les détails de l’échouage, Nicolas Metzdorf adresse son soutien à tous les maillons de la chaîne de secours.

Le navire de pêche Ocean Wanderer s’est échoué jeudi soir sur le Grand Récif, à environ 3,7 milles nautiques au sud-est de la passe d’Isié (Ouano, La Foa) et 10,6 milles nautiques au nord-ouest de la passe de Saint-Vincent (Boulouparis). Il s’agit d’un palangrier de 24 m de l’armement Pescana, basé à Nouméa.
Jeudi 20 septembre à 20 h 30, l’équipage du navire a donné l’alerte au MRCC qui a déclenché la chaîne des secours. La vedette Croix du Sud de la SNSM a pu atteindre Ocean Wanderer à 23 h 45. Les sauveteurs ont alors établi un va-et-vient sur le récif et, à 1 h 30, les naufragés étaient secourus.
Les six membres d’équipage sont sains et saufs et aucune pollution n’est à signaler. Un remorqueur a été mobilisé pour entamer les opérations de déséchouage du navire. le dispositif ORSEC maritime de niveau 2 a été déclenché et le centre de traitement des crises maritimes (CTCM) activé. Du côté du gouvernement, Nicolas Metzdorf, élu en charge du secteur Pêche, précise : « Le gouvernement se tient aux côtés des autorités compétentes en matière d’action et de coordination de sauvetage en mer. Attendons de connaître réellement les contours de cet incident qui, pour l'heure, n'aurait engendré aucune pollution conséquente. » Avant de rajouter que « D'ores et déjà, nous pouvons parler de coup dur pour la filière pêche et notamment pour l’armement Pescana, auquel nous adressons aussi notre soutien. »

Le vendredi 21 septembre, une Equipe d’Evaluation et d’Intervention (EEI) a été déployée sur zone. Cette équipe était composée de membres de la marine nationale, de la Direction de la Sécurité Civile et de la Gestion des Risques (DSCGR) et la station de pilotage de Nouméa, afin de suivre les opérations de déséchouement menées par Pescana, propriétaire du palangrier.
Le samedi 22 septembre, au premier créneau de marée favorable, dès 05h00, le remorqueur Emile Viratelle, mandaté par Pescana, a effectué une première tentative de déséchouement qui n’a pas abouti. Aucune pollution n’a été constatée.
En parallèle, des dispositions matérielles ont été prises pour dépolluer le navire. Ces opérations pourront débuter si les conditions météorologiques le permettent. A ce stade, il n’y a pas de risque de pollution avéré.
Le propriétaire du navire a rassemblé un ensemble de moyens et de matériels afin de préparer les opérations de dépollution, tout en préparant la prochaine tentative de déséchouement. Cette dernière est envisagée en début de semaine prochaine en fonction des conditions
météorologiques.

240L d’huile provenant des installations hydrauliques du navire ont été récupérés grâce à l’utilisation d’un hélicoptère déployée pour la circonstance.
Les opérations de dépollution se poursuivent ce dimanche 23 septembre avec l’extraction d’une partie du gazole du navigation. A ce stade, aucune trace de pollution n’a été détectée.
Dans le cadre du dispositif ORSEC maritime de niveau 2, deux réunions quotidiennes permettent à tous les acteurs concernés de se coordonner au sein du Centre de Traitement des Crises Maritimes (CTCM).

Afficher la suite
Close
Close